Qui pour remplacer Philipp Lahm?

https://i2.wp.com/www.sport1.de/media/_redaktion/sportarten/fussball/bundesliga0910/vereine_2/bayernmnchen_1/fcbspieler/Lahm-Ball-5x4_Diashow.jpg

Un jour, Schweinsteiger quittera la Nationalmannschaft, mais pas de panique : Gündogan, Kroos et les frères Bender seront là pour prendre le flambeau. Après Klose, il y aura Thomas Müller et Mario Gomez, voir Pierre-Michel Lasogga. En revanche, remplacer Philip Lahm sera beaucoup moins évident. En annonçant sa retraite, le bavarois a créé une véritable onde de choc outre-Rhin, mais a aussi rappelé l’évidence : l’Allemagne ne manque pas de talents, mais elle manque cruellement de joueurs au poste de latéral droit. Joachim Löw va donc devoir s’employer pour faire oublier le départ de son meilleur joueur, et a défaut de continuer avec quatre défenseurs centraux ou de passer en 3-5-2, il va devoir faire avec ce qu’il a pour le remplacer. Tour d’horizon non exhaustif des potentiels successeurs.

Benedikt Höwedes

https://i2.wp.com/www.tz.de/bilder/2013/01/01/2683007/1163334490-benedikt-hoewedes-2btrhFO2ef.jpg

Le défenseur central de Schalke a joué une coupe du monde de patron sur le coté gauche, faisant preuve d’une solidité surprenante pour un néophyte et disputant chaque rencontre de la première à la dernière minute. Costaud. Pourtant, c’était sans doute la dernière fois qu’on le voyait à ce poste en sélection, le couloir gauche étant promis au Borusse Marcel Schmelzer, qui était blessé durant le mondial. L’occasion pour « Beni » Höwedes de passer à droite, lui qui joue souvent à ce poste à Gelsenkirchen ? Peut-être bien. En tout cas, son expérience dans le couloir droit lui permettrait de se montrer plus dangereux offensivement, ce qui ferait oublier (un peu) l’absence de Lahm.

Kevin Großkreutz

https://i1.wp.com/e0.365dm.com/14/04/768x432/football-dfb-kevin-grosskreutz-germany_3117592.jpg

L’enfant de la Südtribüne n’est pas juste un excellent lanceur de kebab : il sait aussi jouer au football. Milieu offensif de formation, Großkreutz est le genre de joueur qui pourrait jouer partout, et notamment en défense. La saison dernière au Borussia, l’indéboulonnable latéral droit Lukasz Piszczek se blesse aux côtes et est indisponible pendant 8 mois ; c’est Großkreutz qui le remplace, et avec brio. Problème : Piszczek est de retour, ce qui ne laisse que peu de chances à Kevin de retrouver une place de titulaire à Dortmund, et par extension, dans les rangs de la Mannschaft. A moins de changer de club ?

Antonio Rüdigerhttps://i2.wp.com/mediadb.kicker.de/news/1000/1020/1100/26000/artikel/776676/antonio_r__diger-1350988805_zoom47_crop_800x600_800x600+185+28.jpg

L’une des qualités de Joachim Löw est son audace de lancer de très jeunes joueurs dans le très grand bain. Avec Klinsmann en 2006, il fait confiance à Lukas Podolski, qui est élu meilleur jeune joueur du tournoi ; idem pour Thomas Müller en 2010. Et si c’était le tour d’Antonio « Toni » Rüdiger ? Plusieurs arguments plaident en sa faveur. D’abord, après Mario et Marco, un troisième prénom à consonance latine dans l’équipe, ça en jetterait. Ensuite, le joueur de Stuttgart a déjà prouvé à de nombreuses reprises qu’on pouvait compter sur lui à droite, même si stoppeur est son poste de prédilection. Dernier exemple en date : lors du match amical contre la Pologne le 14 mai dernier, il est titularisé sur le coté droit, et livre un match solide. Enfin, le colosse (1m90) de Kreuzberg est du genre précoce : à 18 ans, il s’entrainait déjà avec les moins de 23 ans du VfB. De bon augure pour la suite. A moins qu’il ne décide de jouer pour la Sierra Leone, le pays de sa mère…

Andreas Beck

https://i0.wp.com/www.sportal.de/photos/13/10/resize/andreas-beck-hoffenheim-steht-in-der-elf-der-woche-280951.jpg

La Beck’s, c’est une bière, c’est bon, et mondialement connu. Andreas Beck est joueur de foot, il est bon, et à défaut d’avoir la notoriété de la bière qui porte son nom, il est à l’heure actuelle le seul latéral droit de métier ayant le niveau pour intégrer les rangs de la Mannschaft. Certes, le capitaine de Hoffenheim n’a pas disputé de match en sélection depuis le 17 novembre 2010, mais le départ de Lahm pourrait le propulser à nouveau sur le devant de la scène. Car le champion d’Europe U21 en 2009 (aux cotés des Neuer, Hummels, Boateng, Khedira et autres Özil) n’a pas été oublié par Löw: en mai 2013, il est même appelé pour le match amical face aux USA, mais doit rester à Hoffenheim pour sauver son club de la relégation lors des matchs de barrage. Petit bémol : lors de la saison 2013-2014, Beck a surtout évolué au poste de latéral gauche, pour pallier la blessure du titulaire habituel. En résumé, si le mécène local Dietmar Hopp ne sort pas le chéquier pour faire venir un véritable arrière gauche, Beck risque de rester à jamais dans l’ombre d’une fichue bière.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s